Position de l’ACPP sur l’accessibilité aux médicaments

  1. Les patients atteints de psoriasis doivent avoir accès à des soins en dermatologie dans un délai d’attente qui soit acceptable, peu importe où ils habitent au Canada. Nous croyons que les Canadiens qui veulent obtenir un traitement pour le psoriasis, le rhumatisme ou l’arthrite psoriasique ne devraient pas avoir à attendre plus de 5 semaines pour voir un dermatologue, soit le délai d’attente médian rapporté en 2001.
  2. Nous sommes conscients que l’accès à tous les services dermatologiques, à une distance raisonnable du lieu de résidence de tous les Canadiens, n’est pas possible. Toutefois, nous croyons que la photothérapie, un traitement de base pour le psoriasis, devrait être accessible à chacun des Canadiens. La photothérapie devrait être disponible en clinique ou comme service à domicile couvert par une assurance pour ceux qui n’ont pas accès à une clinique.
  3. Tous les médicaments qui sont considérés comme faisant partie de la norme de soins doivent être financés sans restriction. Les dermatologues doivent avoir accès à une gamme plus vaste d’options de médications. Un médicament qui traite bien un patient peut ne pas être efficace pour un autre. Pour plusieurs maladies chroniques de la peau, le corps, avec le temps, peut développer une résistance à une médication éprouvée. Par conséquent, de nouveaux médicaments doivent être disponibles. De plus, certains patients atteints de psoriasis sont particulièrement susceptibles aux effets secondaires des médicaments et aux interactions médicamenteuses. Comme le psoriasis et le rhumatisme ou l’arthrite psoriasique sont des maladies chroniques, la qualité de vie des patients peut être drastiquement modifiée par les médicaments qui ne sont pas bien tolérés, qui sont moins efficaces ou qui nécessitent des moyens déraisonnables pour les obtenir.