fbpx

Qu’est-ce que le psoriasis génital ?

Le psoriasis est une maladie auto-immune chronique qui touche environ jusqu’à 3 % des personnes au Canada. Les hommes et les femmes sont touchés de la même façon. Cette maladie provoque des plaques rouges et squameuses sur le corps.

Le psoriasis génital est un type de psoriasis inversé, c’est-à-dire que des parties du corps comme les plis des aisselles, de l’aine et des fesses sont susceptibles être affectées. De nombreuses personnes atteintes de psoriasis auront des lésions sur ces parties du corps. Le psoriasis inversé est peu déclaré, car les personnes sont souvent trop gênées pour discuter de leurs symptômes avec leur fournisseur de soins de santé (Fouéré et coll.). Le traitement approprié peut aider à éliminer la démangeaison et à faire disparaître le psoriasis.

 

Symptômes

La peau de la région génitale est très sensible et fragile, ce qui la rend plus susceptible aux irritations causées par des produits chimiques et des vêtements ou autres facteurs. Les irritants les plus courants comprennent les tampons, les vêtements serrés, le rasage, la sueur, les lubrifiants, les écoulements et les savons. Le psoriasis génital est généralement accompagné par des démangeaisons. Il se présente généralement sous la forme de plaques cutanées rouges qui démangent. Celles-ci ont un contour net et ne sont pas squameuses (pas d’écailles) comme celles qu’on observe couramment sur les autres parties du corps atteintes de psoriasis.

Chez la femme, le psoriasis affectant la vulve a tendance à être symétrique (il apparait des deux côtés), avec des plaques rouges ou grises visibles sur les grandes lèvres (Welsh et coll.).

Chez l’homme, le psoriasis génital peut affecter à la fois la peau du scrotum et du pénis. La zone la plus souvent touchée est le gland, qui est l’extrémité du pénis.

 

Diagnostic

Le diagnostic de psoriasis génital est établi sur la base d’un examen clinique effectué par votre fournisseur de soins de santé. Lorsque votre médecin vous interroge sur vos antécédents médicaux, il peut vous demander si d’autres membres de votre famille sont atteints de psoriasis et vous poser des questions sur vos activités sexuelles et sur les lésions cutanées d’autres parties du corps. Vos parties génitales pourraient être examinées si le psoriasis affecte d’autres parties de votre corps. La présence de psoriasis pourrait être recherchée sur d’autres parties du corps, comme les ongles, le cuir chevelu et derrière les oreilles. Le psoriasis génital peut ressembler à d’autres affections comme la dermatite, la candidose, la balanite, la vulvite, la syphilis et certains cancers de la peau (Meeuwis et coll.).

 

Traitement

Les organes génitaux sont une zone particulièrement difficile à traiter en raison de la chaleur, la friction et l’humidité qui leur sont associées. Le traitement du psoriasis génital est généralement topique. Un traitement conservateur commence par utiliser des hydratants doux et éviter tout ce qui est susceptible d’irriter la peau de cette partie du corps (Edwards et coll..). L’option la plus courante est l’application de corticostéroïdes topiques et le traitement commence souvent par un stéroïde faible. Parmi les autres agents couramment prescrits figurent les inhibiteurs topiques de la calcineurine. La photothérapie, bien qu’elle soit utilisée pour d’autres parties affectées, n’est pas recommandée pour le traitement du psoriasis sur les zones génitales (Menter et coll.). Si tous les traitements topiques échouent chez une personne atteinte, des traitements systémiques (petites molécules ou produits biologiques) sont initiés dans certains cas (Bangsgaard et coll.) Il est important de noter qu’il n’existe pas un traitement unique qui fonctionne pour tout le monde. Vous devrez peut-être essayer plusieurs traitements avant de trouver celui qui vous convient le mieux.

 

Changements de style de vie

Vous pouvez prendre certaines mesures pour éviter d’irriter votre psoriasis génital. Lorsque vous le traitez, suivez le traitement que votre dermatologue a prescrit spécifiquement pour cette partie du corps. Les traitements destinés à d’autres parties du corps peuvent être dangereux pour les organes génitaux. Utilisez des nettoyants doux et non parfumés dans le bain. Évitez les savons et nettoyants corporels antibactériens, car ils peuvent irriter la peau délicate des parties génitales. Hydratez fréquemment pour réduire l’irritation, surtout après le bain. Portez des vêtements et des sous-vêtements amples afin de réduire la friction entre la peau et ceux-ci.

 

Se sentir honteux

Le psoriasis génital est une affection gênante pour de nombreuses personnes. Souvent, elles ne savent pas où chercher des conseils professionnels ou ont trop honte de révéler leur affection à un fournisseur de soins de santé. Pour aggraver les choses, le manque de sensibilisation amène les gens à confondre psoriasis génital et infections sexuellement transmissibles. Les personnes atteintes pourraient essayer de traiter leur psoriasis génital avec d’autres remèdes, ce qui peut aggraver leur état. Une bonne communication entre l’équipe multidisciplinaire de fournisseurs de soins de santé et la personne traitée est très importante pour améliorer la qualité de vie de cette dernière.

 

Choses à considérer lors de relations intimes

Le psoriasis génital peut avoir un impact très négatif sur la qualité de vie. Il s’agit d’une affection qui touche la santé physique, psychosociale et émotionnelle d’une personne. Le psoriasis a des conséquences plus importantes sur le bien-être général que de nombreuses maladies chroniques, notamment les maladies cardiovasculaires et le diabète. Plus de 80 % des personnes atteintes de psoriasis déclarent avoir des difficultés dans leurs relations avec les autres (Finlay et Coles).

Le psoriasis qui affecte les organes génitaux et le visage peut être associé à des idées suicidaires et à la dépression. Dans certaines études, près de 10 % des sujets ont déclaré souhaiter mourir (Gupta et coll.). Une étude récente sur la qualité de vie et la vie sexuelle des personnes atteintes de psoriasis a conclu que celles qui présentent des lésions génitales font état d’une qualité de vie inférieure à celle des personnes n’ayant pas ces lésions. La détresse sexuelle est plus importante lorsque la peau des parties génitales est affectée et les personnes atteintes estiment généralement que l’attention accordée par les professionnels de santé aux défis sexuels auxquels elles font face est insuffisante (Meeuwis et coll.). Les principaux facteurs de diminution de l’activité sexuelle chez les personnes atteintes de psoriasis sont la honte et la gêne liées à leur apparence physique, la baisse du désir sexuel, la desquamation de la peau et l’inconvénient lié à l’utilisation de traitements topiques (Meeuwis et coll.).

Vous pouvez toujours profiter de relations intimes si vous souffrez de psoriasis génital. Vous pouvez réduire l’irritation en suivant quelques mesures de base et il est important de respecter les traitements topiques. En gardant le contrôle du psoriasis autant que possible, toute irritation potentielle due à l’activité sexuelle sera minimisée. Dans une nouvelle relation, il est important de faire comprendre à votre partenaire que le psoriasis n’est pas contagieux et d’avoir une conversation sur cette affection. Si la peau de vos parties génitales est mal contrôlée ou si vous souffrez d’une poussée, il peut être sage de reporter toute activité sexuelle qui impliquerait cette partie de votre corps. Le psoriasis est déclenché et aggravé par un traumatisme, c’est pourquoi, pour toute activité sexuelle, il faut veiller à utiliser une lubrification adéquate. La friction excessive peut aggraver le psoriasis.

 

Références:

  1. Edwards SK, Bates CM, Lewis F, [et al.]. UK national guideline on the management of vulval conditions. Int J STD AIDS. 2015, 26, 611–624
  2. Menter A, Korman NJ, Elmets CA, [et al.]. Guidelines of care for the management of psoriasis and psoriatic arthritis: Section 5. Guidelines of care for the treatment of psoriasis with phototherapy and photoche-
  3. Bangsgaard N, Rørbye C, Skov L. Treating Psoriasis During Pregnancy: Safety and Efficacy of Treatments. Am J Clin Dermatol. 2015, 16, 389–398.motherapy. J Am Acad Dermatol. 2010, 62, 114–135.
  4. Fouéré S, Adjadj L, Pawin H. How patients experience psoriasis: results from a European survey. J Eur Acad Dermatol Venereol. 2005, 19, 2–6.
  5. Welsh BM, Berzins KN, Cook KA, [et al.]. Management of common vulval conditions. Med J Aust. 2003, 178, 391–395.
  6. Meeuwis KAP, de Hullu JA, Massuger LFG, [et al.]. Genital psoriasis: A systematic literature review on this hidden skin disease. Acta Derm Venereol. 2011, 91, 5–11.
  7. Finlay AY, Coles EC. The effect of severe psoriasis on the quality of life of 369 patients. Br J Dermatol. 1995, 132, 236–244.
  8. Gupta MA, Schork NJ, Gupta AK, [et al.]. Suicidal ideation in psoriasis. Int J Dermatol. 1993, 32, 188–190.
  9. Meeuwis KAP, de Hullu JA, van de Nieuwenhof HP, [et al.]. Quality of life and sexual health in patients with genital psoriasis. Br J Dermatol.2011, 164, 1247–1255.

Rédigé par : Aryan Riahi, étudiant de quatrième année en médecine à l’Université de la Colombie-Britannique, 23 janvier 2021

Révisé par: Dr David Adam, 3 février 2021

Traduit par : Liliane Chénard, 7 février 2021