fbpx

Il existe de nombreuses maladies chroniques qui ont un impact important sur la vie quotidienne des personnes qui en souffrent sans toutefois que des signes visibles puissent être remarqués. La personne inconnue dans le bus qui souffre d’hypertension, ou l’entraîneur de football qui gère son diabète ne se verraient pas attribuer une « étiquette » associée à leur état de santé par un passant ou même une personne de leur entourage. En revanche, le psoriasis et d’autres affections cutanées sont visibles par d’autres personnes, ce qui a un impact important sur l’estime de soi, le travail, les études, les interactions sociales et les relations intimes. La Saint-Valentin approche à grands pas et, alors que certains envisagent avec enthousiasme des moyens de faire la fête avec leur partenaire, d’autres font face aux conséquences liées à leur psoriasis sur leur état émotionnel, leur image de soi et leurs peurs. Si vous êtes dans cette situation, vous n’êtes pas seul. Nous espérons que cet article pourra vous rassurer, vous et votre partenaire, et vous permettre de profiter de la Saint-Valentin pour ce qu’elle signifie : la célébration de l’amour inconditionnel.

 

Les conséquences physiques du psoriasis sur les relations

Le psoriasis est une maladie inflammatoire de la peau courante qui se manifeste par une éruption cutanée surélevée et squameuse se retrouvant n’importe où sur le corps1-3. Les éruptions peuvent être douloureuses et démanger, et parfois couvrir une partie importante de la peau, y compris les parties génitales. Des personnes ont déclaré avoir été laissées de côté et ne pas s’être ressenties attirantes en raison de leur psoriasis, particulièrement chez celles qui ont entamé une nouvelle relation intime5. Ne pas se sentir attirantes, la stigmatisation et le stress réunis font que certaines personnes évitent complètement les relations intimes.

Cela est particulièrement vrai chez les personnes atteintes de psoriasis génital. Il a été démontré que cette population souffre de troubles de la fonction sexuelle et, par conséquent, a des relations sexuels complètes moins fréquemment, évite les relations sexuelles et voit son désir sexuel diminué6-9. Les personnes peuvent ressentir des douleurs, une exacerbation des symptômes pendant ou après les rapports sexuels et pour cette raison éviter les rapports sexuels. Il a été démontré que le psoriasis génital reste non traité dans près de deux tiers des cas de psoriasis en raison de la stigmatisation, de la gêne et de la peur d’être jugé par un médecin6,10. N’ayez pas peur d’avoir une conversation avec vos médecins et de leur demander des traitements qui ciblent le psoriasis génital ! Si vos médecins ne vous demandent pas explicitement comment le psoriasis affecte votre vie sexuelle, dites-leur ! Cette information est importante pour vos soins et votre plan de traitement, et votre médecin sera peut-être plus sensibilisé à l’avenir à poser des questions sur la santé sexuelle des personnes atteintes de psoriasis qui viennent en consultation.

La diminution de l’intimité dans le couple est l’un des impacts physiques les plus importants du psoriasis. Une étude menée à l’Université de Western Ontario a montré que 60 % des personnes atteintes de psoriasis qui ont connu une baisse de leur activité sexuelle l’ont attribué à leur apparence, alors que seulement environ 15 % l’ont attribué à une diminution de l’intérêt de leur partenaire11. Cela révèle clairement l’importance d’une image positive du corps, et comment une image de soi négative peut avoir un impact sur les relations intimes.

 

Les conséquences émotionnelles du psoriasis sur les relations

Nous sommes souvent nos plus sévères détracteurs et les personnes atteintes de psoriasis ne font pas exception. Le psoriasis est associé à des taux plus élevés de problèmes de santé mentale comme l’anxiété et la dépression. Les changements d’humeur, l’anxiété due à l’évolution des symptômes et la honte ne sont que quelques-uns des effets produits par le psoriasis2. Il est facile d’imaginer comment ces conséquences pourraient se répercuter sur tous les aspects de la vie, y compris les relations. Cela dit, un changement dans la manière de voir les choses, passant du ressentiment et de la honte au contrôle et à la compréhension, peut avoir une influence significative sur la qualité de vie. Penser régulièrement à ce que vous ressentez au présent afin d’apprendre à reconnaître les signes personnels qui indiquent le moment où le psoriasis commence à avoir un impact sur votre humeur et votre relation intime. Sachez qu’une relation intime forte et saine commence par vous-même. Les meilleurs moyens de maîtriser le psoriasis sont les soins médicaux appropriés, la réduction du stress, l’exercice et une alimentation saine. N’ayez jamais peur de demander l’aide de professionnels de la santé lorsque votre psoriasis n’est pas maîtrisé ou lorsqu’il a des répercussions importantes sur votre humeur.

 

Parler à votre partenaire de votre psoriasis

Honnêteté et ouverture sont essentielles lorsque vous discutez du psoriasis avec votre partenaire. Premièrement, aborder des sujets gênant dans le cadre d’une nouvelle relation peut être moins difficile lorsque vous vous sentez confiant et disposé à répondre aux questions. L’humour peut aussi aider, mais essayez de ne pas vous rabaisser, car vous êtes digne d’amour !

Beaucoup de gens ne connaissent pas le psoriasis et peuvent croire à tort que c’est contagieux. Il est important d’aborder cette préoccupation courante avec votre partenaire. Les normes de beauté évoluent, et de plus en plus de célébrités et de personnes influentes parlent franchement de leurs problèmes de peau. Par exemple, Kim Kardashian, une personnalité médiatique américaine, a récemment commencé à s’ouvrir au sujet de son psoriasis et de son arthrite psoriasique [en anglais]. Cara Delavigne, mannequin, actrice et chanteuse, a également parlé récemment de son expérience du psoriasis [en anglais] et de la façon dont le manque de connaissances a fait que des gens avec lesquels elle travaillait ont eu peur de la toucher, craignant que son affection ne soit contagieuse. Bien que ce soit un défi, vous pouvez avoir un impact important en informant votre entourage, y compris votre partenaire, de votre expérience du psoriasis.

Ne laissez pas l’éléphant s’installer dans la pièce ! Si vous y pensez, faites-le savoir et parlez-en.

 

Rencontres intimes

Le monde des rencontres peut certainement être intimidant. Avec l’avènement des rencontres en ligne (surtout pendant la pandémie), la vanité est souvent la différence entre un coup de doigt vers la droite ou la gauche. Les rencontres en ligne viennent certainement avec leurs défis, mais être honnête tôt dans une relation pour ce qui est de son psoriasis et de ses répercussions sur sa vie peut aider à développer la relation. Vous pourriez utiliser ces discussions initiales et les étapes lorsque vous faites connaissance l’un et l’autre pour aborder le sujet avec un langage positif. Aborder le sujet avec une attitude positive peut créer une occasion d’échanger des questions et d’avoir une conversation positive. Vous avez dû faire face à des défis pour gérer votre psoriasis et vous devriez être fier de la façon dont vous les avez relevés.

Malheureusement, nous ne sommes pas à l’abri de la stigmatisation et de la critique. Si vous faites l’objet de réactions négatives liées à votre psoriasis, essayez de ne pas être frustré et sachez que ce n’est pas votre faute. Il est probable que la personne qui a réagi négativement ne connaisse pas bien ce qu’est le psoriasis. Faire face à la stigmatisation est épuisant sur le plan émotionnel et il est très difficile de réagir sur le moment. Si vous vous en sentez capable, encouragez cette personne à faire des recherches pour elle-même. Si c’est trop pour vous sur le moment, prenez un peu de recul, distancez-vous de la situation et sachez que vous n’êtes pas responsable des réactions des autres.

 

Éléments à considérer durant la relation intime 

Lorsqu’il s’agit d’intimité, veillez à être aussi à l’aise que possible. Certaines personnes peuvent avoir des difficultés à exposer leur peau à leur nouvelle ou nouveau partenaire, alors allez-y un pas à la fois. La première étape peut consister à montrer des photos de psoriasis à votre partenaire. Si vous progressez vers une relation plus intime, ayez peut-être une conversation à l’avance. Parlez-en, exprimez vos craintes, ce qui vous excite et tout ce qui pourrait s’insinuer et vous distraire durant ce moment intime.

N’ayez pas peur que le psoriasis se mette sur votre chemin lorsque vous choisissez ce que vous allez porter vos vêtements. Trouvez quelque chose qui vous fait vous sentir séduisante ou séduisant, et confiante ou confiant. Choisissez des tissus qui n’irritent pas votre peau, comme la soie ou le coton, et assurez-vous que votre peau est bien hydratée pour minimiser l’aspect squameux du psoriasis. Sachez que vous pouvez communiquer avec votre partenaire si les choses deviennent inconfortables ou douloureuses. Les lubrifiants peuvent aider à réduire la friction, la douleur et l’inconfort qui en découlent. Optez pour des lubrifiants non parfumés, car le parfum peut irriter la peau ou même provoquer des réactions allergiques. Après la relation intime, nettoyez doucement la peau et appliquez un hydratant non parfumé pour aider à garder votre peau saine et éviter l’irritation.

Nous ne pouvons pas choisir la peau que nous avons, mais nous pouvons contrôler la façon dont nous nous traitons et notre manière pour voir les choses du bon côté. Il est clair que vivre avec le psoriasis peut être très difficile. Soyez bon avec vous-même et réalisez que votre corps est incroyablement capable et puissant. Montrer qu’on a de l’amour et de la compréhension pour notre peau encourage les autres en faire autant, qu’ils soient notre partenaire, un membre de la famille, une amie ou une amie ou même une personne qui nous est inconnue.

 

Références

  1. Lahousen T, Kupfer J, Gieler U, Hofer A, Linder MD, Schut C. Differences between psoriasis patients and skin-healthy controls concerning appraisal of touching, shame and disgust. Acta Derm Venereol. 2016;96. doi:10.2340/00015555-2373
  2. Sumpton D, Kelly A, Tunnicliffe DJ, et al. Patients’ Perspectives and Experience of Psoriasis and Psoriatic Arthritis: A Systematic Review and Thematic Synthesis of Qualitative Studies. Arthritis Care Res. 2020;72(5). doi:10.1002/acr.23896
  3. Feldman SR, Malakouti M, Koo JYM. Social impact of the burden of psoriasis: Effects on patients and practice. Dermatol Online J. 2014;20(8).
  4. Young M. The psychological and social burdens of psoriasis. Dermatol Nurs. 2005;17(1).
  5. Magin P, Heading G, Adams J, Pond D. Sex and the skin: A qualitative study of patients with acne, psoriasis and atopic eczema. Psychol Heal Med. 2010;15(4). doi:10.1080/13548506.2010.484463
  6. Yang E, Beck K, Sanchez I, Koo J, Liao W. The impact of genital psoriasis on quality of life: a systematic review. Psoriasis Targets Ther. 2018;Volume 8. doi:10.2147/ptt.s169389
  7. Meeuwis KAP, Van De Kerkhof PCM, Massuger LFAG, De Hullu JA, Van Rossum MM. Patients’ experience of psoriasis in the genital area. Dermatology. 2012;224(3). doi:10.1159/000338858
  8. Cather JC, Ryan C, Meeuwis K, et al. Patients’ Perspectives on the Impact of Genital Psoriasis: A Qualitative Study. Dermatol Ther (Heidelb). 2017;7(4). doi:10.1007/s13555-017-0204-3
  9. Ryan C, Sadlier M, De Vol E, et al. Genital psoriasis is associated with significant impairment in quality of life and sexual functioning. J Am Acad Dermatol. 2015;72(6). doi:10.1016/j.jaad.2015.02.1127
  10. Meeuwis KAP, De Hullu JA, Inthout J, et al. Genital psoriasis awareness program: Physical and psychological care for patients with genital psoriasis. Acta Derm Venereol. 2015;95(2). doi:10.2340/00015555-1885
  11. Gupta MA, Gupta AK. Psoriasis and sex: A study of moderately to severely affected patients. Int J Dermatol. 1997;36(4). doi:10.1046/j.1365-4362.1997.00032.x
Rédigé par :      Selena Osman, MSc, Faculté de médecine, Université deCalgary
Harry (Chaocheng) Liu, MD, Département de dermatologie et de la science cutanée, Université de la Colombie-Britannique
7 février 2021
Révisé par :     Dr David Adam, 10 février 2021
Traduit par :    Liliane Chénard, 13 février 2021